Les sites dédiés aux décès

Publié le 16/01/2014

Les lieux de recueillement virtuels


Les lieux de recueillement virtuels proposent aux familles endeuillées, mais également aux proches et amis du défunt, un lieu de mémoire dont l’utilisation et la gestion peuvent tout à fait s’apparenter à leur équivalent « physique » : tombe ou cimetière, ou plus exactement au cénotaphe, monument érigé en mémoire d’un ou plusieurs défunts mais ne contenant ni corps ni cendres.


Cette absence, loin d’empêcher le travail de deuil et de mémoire, en permet un accomplissement différent, basé sur la présence de l'avis de décès et des hommages qui lui sont associés, qui constituent le coeur de l’espace défunt, rappelant l’attachement et l’affection des amis et membres de la famille.


Autour de ces éléments, chacun exprime ses condoléances à sa façon : des hommages écrits ou prenant la forme d’objets virtuels, signes d’affection et de déférence vis-à-vis des personnes disparues. Ces concessions « à perpétuité », dans la mesure où cette notion doit être relativisée par tout ce qui concerne la destinée humaine, sont déjà largement utilisées dans les pays anglo-saxons, des sites comme legacy.com aux Etats-Unis recensant plus de 70 % des décès d’Amérique du Nord.


Moins exhibitionnistes sur le sujet de la disparition de l’un des leurs, les pays latins ont d’abord considéré avec un certain scepticisme, voire avec méfiance, l’avènement de ces lieux de souvenirs d’un nouveau genre, les confondant avec des réseaux sociaux traditionnels, objets de toutes les défiances concernant la protection de la vie privée. Aujourd’hui, ces sites, le plus souvent issus de la presse écrite, ont fait leurs preuves et permettent aux familles et amis de se retrouver autour de la personne disparue, contribuant grandement à l’accomplissement du travail de deuil.


Un article de Dans Nos Cœurs.

COMMENTAIRES

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire